Qui sommes-nous ?

essay writing servicecheap essay writing serviceUNE VIE, UN PARCOURS 1

Félicité éternel soit rendue à Dieu tout puissant qui nous permit d’ouvrir cette lucarne « Une vie, un parcours », l’une des rubriques du journal mensuel de l’Église des Miracles de la Foi Vivante.

Cette rubrique a pour but d’édifier la foi chrétienne du lecteur à travers une narration détaillée de la vie et du parcours spirituel de personnes influentes dans le ministère, notamment les membres du corps pastoral et quelques responsables de département dont le récit de leur vie sera un riche enseignement et conduira positivement le peuple de Dieu.

Dieu nous bénisse !

Ainsi, pour cette édition spéciale et réaménagée, nous nous pencherons bel évidement à narrer l’histoire enrichissante de préceptes utiles pour la vie et la foi chrétienne, du père fondateur d’une ladite mission évangélique en la personne du Révérend Victor Adesseyoju, dont la vie et le parcours ne se firent guère sans tumultes, où les expressions humiliations et rejet furent sa bouteille d’eau quotidienne.

Cependant, sa foi restera intègre et persévérante et il continue de faire preuve d’un charisme de taille.

Lorsque nous longeons la route non bitumé qui jouxte la gendarmerie  de la commune de koumassi ligne 32, un édifice en étage se frotte légèrement à la clôture de l’EPP Mouthy Diomandé, c’est la chapelle, l’Eglise des Miracles de la Foi Vivante (EMFV), fruit de la persévérance et de la foi d’un peuple avec à sa tête un serviteur exceptionnel qui crut en la vision que lui donna l’Éternel Tout Puissant.

En effet, originaire de la ville de Lagos au Nigéria, le Révérend Victor Adesseyoju reçut du Seigneur de s’installer en Cote d’Ivoire pour y bâtir une oeuvre spirituelle. Une ordonnance s’avérant complexe pour un anglophone qui égrène avec difficultés le français. Et pourtant, il accepta de porter cette lourde mission et se retrouva sur le territoire ivoirien avec l’essentiel de ses moyens financiers, sans famille et sans amis.

Il fut accueilli dans l’enceinte d’une Église dans un banlieue de la commune d’Abobo, où durant six mois, il dormit à la belle étoile sur deux bancs jumelés, offrant son sang au pâture à une horde de moustiques voraces et sanguinaires qui s’en délectèrent à satiété.

Toutefois, la détermination et la foi dans la vision qu’il reçut du Seigneur atténuaient la douleur de son être meurtri par la souffrance. Après, une étude de terrain durant quatre année, le Révérend Victor amorça son ministère par la création d’une cellule de prière dans une salle de classe à coté du centre culturel d’Abobo.

Quelques temps après, il quitta les lieux et se retrouva au deux-plateaux, derrière le collège Farandole, en face de l’ancien service de Madame Bédié. Ainsi, sous un hangar, il entama aussi des séances de réception pour des prières et délivrances tous les mercredis. Peu après, il fut contraint de partir du local. L’un de ses fidèles vivant à Marcory quartier Résidentiel, lui offrit son salon spacieux pour poursuivre la cellule de prière.

Malheureusement, le quartier avait une forte dominance de personnes de race blanche. Ceux-ci trouvaient que leur tranquillité était lésée et sans autre forme de procès, ils exigèrent l’interdiction de la cellule prière.

Le Seigneur n’abandonnant jamais le juste, le révérend Victor eut la proposition de poursuivre l’œuvre spirituel sous des bâches dans le quartier de Marcory Anoumabo.Là encore, il devint alors la cible potentielle d’une confrérie de sorciers qui sans crier gare se lança à une série d’attaques tantôt spirituel, tantôt physique. Mais, cette confrérie fut rapidement désillusionnée, car la bible ne dit-elle pas que l’Éternel veille sur ses oints ! Malheureusement, une conspiration vit le jour au sein de la notabilité du quartier et le Révérend fut prié à quitter les environs. Quelques fidèles le suivirent convaincus par son ministère.

Quelques mois plus tard, un petit couloir fut loué à quarante-cinq mille francs cfa pour trois mois au quartier Millénium dans la périphérie de Koumassi-Remblais pour les cultes du dimanche. Mais, après trois semaines, le Révérend reçut l’ordre fervent de déguerpir des parages, comme si ses séances de prières distillaient la peste. Peu de temps après, un second local se présenta à eux derrière le Lycée Colombe, une chapelle vit le jour et elle porta le nom de l’Eglise Prince de Paix ; Un hommage rendu à l’Eglise Prince de Paix, de la mère spirituelle du Révérend logée aux Etats-Unis.

Une organisation se mit en place avec des Pasteurs pour constituer le corps pastoral avec le Révérend, des responsables de départements, des diacres et diaconesses.

Mais, voici que quelques années plus tard, l’ennemi incita la famille propriétaire du terrain à sommer le Révérend ainsi que les fidèles à libérer le site. Des négociations s’entamèrent mais sans une issue favorable. Et dans une grande désolation, la chapelle fut détruite. Afin de canaliser les fidèles, une salle de classe fut choisie dans ce lycée pour seulement abriter les cultes du dimanche. Cependant, même dans cet amas de difficultés, le Révérend Victor ne cessa d’exhorter et rassurer les fidèles à croire en un lendemain meilleur. Mais après trois semaines, voici encore que dans cette situation miteuse, le malin ligua les dirigeants du lycée et finit pas leur interdire l’accès. Les cultes se déroulèrent alors en bordure de route, derrière l’école primaire EPP BAD Koumassi, juste devant l’immeuble où logeait une fidèle. Et à l’accoutumée, le Révérend ne s’épuisa point à prodiguer des messages d’espoir et de foi aux fidèles.

Trois mois plus tard, comme par miracle, un nouveau local fut trouvé sur la ligne du bus n°11. Peu après, une nouvelle chapelle sortit de terre et en reconnaissance pour la foi inébranlable et le miracle du local que nous donna l’Éternel, la chapelle fut baptisée par le Révérend du nom de l’Eglise des Miracles de la Foi Vivante, une révélation qu’il reçut du Seigneur durant sa formation à l’école Pastorale.

Cependant, la bible ne dit-elle pas que L’Éternel éprouve la Foi de ses enfants à travers des épreuves afin de les bénir ?

Voilà que des mois plus tard, une seconde tempête similaire à la première commença à planer au-dessus de la chapelle, car les propriétaires du site réclamèrent de force leur terrain. Les négociations ne menèrent à rien et une sommation de quitter les lieux fut contrainte aux fidèles. Ceux-ci sans dire mot abdiquèrent.

 Mais, un signe de la part du Seigneur annonça l’arrivée aux portes de Canaan, car peu avant le départ sur l’ancien site, L’Éternel permit au Révérend et aux fidèles de payer un terrain propre au ministère dans le quartier de Koumassi ligne du bus n°32. En un temps record, relevant du miraculeux, une chapelle à la Gloire du Seigneur sortit des décombres du terrain et se positionna juste à l’avant de la clôture de l’école Mouthy Diomandé à l’angle du carrefour.

Depuis lors, Dieu ne cessa de bénir l’Eglise des Miracles de la Foi Vivante à travers des guérisons et délivrances prodigieux opérés par le canal de son serviteur, le Révérend Victor. Toutes fois, les fidèles de la Foi Vivante gagnent également en dynamisme spirituel et en croissance physique car de 70 à 80 personnes par les temps passés, elle atteint l’intervalle (150- 200 personnes) durant les cultes du dimanche et pareillement, il y’a une grande affluence pendant les enseignements du soir et les séminaires.

Gloire soit rendue à l’Éternel pour la vie et le parcours de son serviteur, le Révérend Victor Adesseyoju, un véritable enseignement de foi et de persévérance pour l’ensemble du peuple. En guise de conclusion, le journal est allé à sa rencontre afin de lui arracher quelques mots :

–          Le journal : Bonjour, Révérend Victor. Vous ouvrez le premier, le rideau de la rubrique  » Une vie, un parcours « où l’histoire de votre vie et parcours spirituel ont été relatés afin d’édifier et forger la foi des lecteurs. Quelles sont donc vos impressions à la lecture de cette narration ?

–          Le révérend : Dieu vous bénisse pour le récit de l’histoire de ma vie, qui fut rapporter sans déformation et comme les événements s’y sont déroulés. J’en suis ému ! et cette vie est étroitement liée à l’Eglise et à la vision que me communiqua le Seigneur.

–          Le journal : Quelle est donc la vision de l’Eglise des Miracles de la Foi Vivante ?

–          Le révérend : L’Eglise a pour vision de construire une grande clinique pour soigner gratuitement, de construire une école primaire, secondaire et plus tard une université. De plus, l’Eglise des Miracles de la foi vivante a aussi pour vision, d’ouvrir son siège du côté de la Riviera, de former des disciples et d’étendre ses limites jusqu’à l’international.

–          Le journal : Révérend, votre mot de fin à l’endroit des fidèles de la Foi Vivante qui certainement après la lecture du récit de votre vie et parcours voudrions bien s’imprégner de la persévérance et de la foi dont vous fit preuve tout le long de votre cheminement avec Le Seigneur ?

Le révérend : Je leur dirais tous simplement que le nom de l’Eglise est fort révélateur : Eglise des Miracles de La Foi Vivante, car sans la foi vivante, il n’y pas de miracles vivants. Et là où la foi s’exprime, il y’a un dur combat, Celui qui a la foi est le militaire de Dieu, car la bible nous dit que nous sommes des soldats de Dieu. Tout soldat mène une guerre et nous devons mener le bon combat de la foi. Avant qu’une personne ne réussisse dans sa vie, sa foi sera éprouvée et c’est en cela le combat. Cette Eglise est grande et a une grande vision. Sachons que rien de grand ne vient facilement. Les grandes Eglises mondialement connues aujourd’hui ont eu leur moment d’épreuves.Elles ont passé des moments difficiles. Elles ont passé par la mer rouge, le désert, le Jourdain, avec des ennemis comme Goliath, Jézabel qui menacent la vision. Mais, si l’Éternel en est l’instigateur, la provision pour cette vision viendra mais pas si facilement. Je leur demande, de marcher avec Dieu par la patience, par la persévérance, par la foi et la paix dans le cœur et tout marchera bien pour eux. Que Dieu les bénisse ! Je vous remercie.

 

UNE VIE, UN PARCOURS 2

Félicité éternelle soit rendue à Dieu tout puissant qui nous permit d’ouvrir cette lucarne « Une vie, un parcours», l’une des rubriques du journal de l’Eglise des Miracles de la Foi Vivante, FOI VIVANTE MAG.

Cette rubrique a pour but d’édifier la foi chrétienne du lecteur à travers une narration détaillée de la vie et du parcours spirituel de personnes influentes dans le ministère, notamment les membres du corps pastoral et quelques responsables de département dont le récit de leur vie sera un riche enseignement et conduira positivement le peuple de Dieu.

 Dieu nous bénisse !

La Deuxième parution du Journal FOI VIVANTE MAG voit le jour avec UNE EDITION SPÉCIALE, consacrée à la Cérémonie d’Ordination des nouveaux Leaders (DIACRES, DIACONESSES ET ANCIENS) et MISSIONNAIRES de L’Eglise des Miracles de la Foi vivante, du 27 Novembre 2016.

Nous relaterons les péripéties de cette cérémonie, depuis la mise sur pied de la formation, jusqu’au jour de la Cérémonie Ordination.

Avant d’en venir à ce fait, faisons un tour dans le rétroviseur, pour ainsi mieux comprendre l’enjeu de la Cérémonie D’ordination des nouveaux Leaders (DIACRES, DIACONESSES ET ANCIENS) et MISSIONNAIRES de L’Eglise des Miracles de la Foi vivante.

Après avoir quitté le quartier d’Anoumabo, Le MINISTÈRE DE LA FOI VIVANTE construisit une Chapelle dans la localité de Koumassi- Remblais face au Lycée la Colombe. En 2005, le Révérend Victor consacra vingt-cinq Diacres et Diaconesses.

En 2007, l’Institut Biblique et Pastoral Prince de la Paix, ouvrit ses portes pour la formation de ses premiers futurs Missionnaires. Cependant, à peine quelques mois de cours, l’Institut Biblique, se vu dans l’obligeance de les interrompre pour la simple raison qu’un déménagement fut contraint au Ministère. Après, six mois de culte dans la rue, L’Eglise alla s’installer de nouveaux non loin de Kaira sur la ligne du bus 11. 

L’INSTITUT rouvrit ses portes et après quelques mois de formations, LE MINISTÈRE accueillit ses premiers missionnaires, présentés lors d’un Culte Spécial d’Ordination. Une autre tempête pour un autre déménagement forcé arriva.

Finalement, le Ministère de la Foi Vivante put construire une troisième fois une autre Chapelle, mais cette fois sur un terrain acheté, pas de location. L’avenir, s’annonça plus prometteur. Plus de souci d’un autre déguerpissement.

L’institut Biblique de la Foi Vivante prit la décision de former de nouveaux Leaders (DIACRES, DIACONESSES ET ANCIENS) et de nouveaux MISSIONNAIRES en Collaboration étroite cette fois avec L’institut Biblique METANOIA.  

Dans le mois de Janvier 2015, les cours débutèrent et se poursuivirent chaque mercredi de 15h à 18h avec le Formateur, l’Exégète Papa ALIKET DAVID durant plus un an, jusqu’au mois d’Août 2016.

 Le Révérend Docteur VICTOR ADESEYOJU reprit le flambeau de la formation pour les trois mois restants avant la date de la cérémonie d’Ordination du 27 Novembre 2016, tous les Samedis dans l’après-midi et les Dimanches après le culte jusqu’au samedi.

Après donc des mois de communiquer tant sur les chaines de Radio Zénith FM, que lors des communiqués durant les cultes, la semaine du Programme de la Cérémonie d’ordination arriva enfin.

Le mardi 22 Novembre, aux environs de 19h30, les Fidèles de la Foi vivante se mobilisèrent certains dans un car et d’autres dans des véhicules personnels scandaient des chants de louange, jusqu’à l’Aéroport Félix Houphouët, pour accueillir l’invité spécial à cette cérémonie l’Évêque JOHN TSETSE.

A vingt deux heures quarante précise, son avion en provenance d’Afrique du Sud atterrit sur les bords de la lagune Ebrié. Et ce fut avec un chant d’Adoration du Seigneur, que l’Évêque fit l’accolade à son frère, le Révérend Victor Adeseyoju dans le hall d’accueil. Puis, il échangea une poignée de main fraternelle, à chaque membre de la Délégation venu à sa rencontre.

Le mercredi 23 Novembre débuta le programme du Séminaire dont le thème était «TU te réjouiras au détriment de tes ennemis »

Dans une dimension de révélation précise et authentique, Le Seigneur utilisa son Serviteur, l’Évêque JOHN TSETSE, et le peuple qui répondit massivement fut bénit et ce durant trois soirées.

Le dimanche 27 Novembre 2016, jour J du culte d’ordination des Leaders et des Missionnaires de la Foi Vivante. Journée mémorable, gravée en pierre dans le grand annal des souvenirs. Le premier culte annonciateur de l’événement débuta à 8h et prit fin aux environs de 11h.

Peu après, le décor de l’Eglise fut remodelé au couleur de la cérémonie, c’est à dire du jaune ocre et du rouge magenta. Le Groupe Musical et le Service de l’Accueil superbement habillés furent les premiers à se mettre en place. C’était avec des chants d’adorations en assonance avec la hauteur de la Cérémonie que les Hôtesses et le Service du maintien de l’ordre, conduisaient les différents invités à cette cérémonie de Consécration. 

 Les récipiendaires au nombre de 27 se préparèrent pour la Cérémonie. Tout d’abord, les Missionnaires au nombre de 8, magistralement vêtus de costume veste noir sous une chemise colle trinicale scintillante noire s’installèrent, suivirent des Diacres et Diaconesses au nombre de 14 personnes vêtus d’un costume noir sous une chemise de couleur blanche symbole de paix, idem les Anciens, 5 personnes vêtus pareillement à la seule différence qu’ils nouèrent leur cous d’un nœud couleur rouge du sang de l’alliance en JÉSUS-CHRIST.

 La Cérémonie proprement dite débuta aux environs de 12h 30. Les invités assis dans les loges des VIP furent honorés à tour de rôle. La chantre Saphir de l’Éternel en orchestration avec le Groupe Musical Armée de la Foi conduisirent le peuple dans une série de louange à la Gloire du Seigneur.

Peu de temps après, les Missionnaires furent conviés devant l’Autel du Seigneur. Et après, qu’ils se mirent à genoux et après avoir prêté sermon, ils reçurent individuellement sur la tète de l’huile sainte symbole de l’approbation et du cautionnement du Saint Esprit. La décharge de feu fut telle que certains parmi eux furent agités dans tous les sens.

Les Anciens vinrent par la suite, et tout comme les Missionnaires, ils prêtèrent sermon et reçurent l’huile sainte sur leurs têtes.

Les derniers à prêter sermon, fut le groupe des Diacres et des Diaconesses. Quinze personnes au total constituèrent le groupe. Genoux au sol, et levant une bible chacun, ils prêtèrent sermon et reçurent la corne d’huile sur le lobe de la tête, synonyme d’une approbation de l’Esprit-Saint.  

Chacun de tous les consacrés, du groupe des Missionnaires, reçurent à tour de rôle un Certificat d’Ordination, un Diplôme de fin de formation et une carte Pastorale. Le groupe des Anciens, eux reçurent chaleureusement un Certificat d’Ordination et une carte d’Ancien de l’Eglise des Miracles de la Foi Vivante. Et finalement, les Diacres et Diaconesses reçurent un Certificat et une Carte portant également le nom de leur fonction au sein de l’Eglise.

La Cérémonie d’Ordination prévu pour s’achever autour de 16H30, connut une telle réussite que pour la beauté de la fête, elle tira sur l’heure initiale et prit fin aux environs de 18H30. Chaque consacré reçut les congratulations et félicitations de leur famille, amis et invités. Des photos souvenir clôturèrent les Festivités.

Le Dimanche qui suivit, c’est-à-dire celui du 4 Décembre 2016, les 27 Consacrés revêtus de nouveau dans leur uniforme de Consécration, furent au premier loge des Places, sur des sièges Ministres, pour encore des Félicitations en famille, avec leurs frères et sœurs de la Foi Vivante.

Le Révérend Victor, le Père Fondateur de la Mission, leur prodigua des conseils en s’appuyant sur les Saintes Écritures, puis les bénis par la suite. Et comme pour couronner le tout, des photos souvenir se prirent avec nos Pères de l’Eglise.

La Cérémonie d’Ordination des nouveaux Leaders et Missionnaires de l’Eglise Des Miracles De la Foi Vivante restera gravée dans les mémoires et dans les annales de souvenirs.

Quelques informations par diaporama1

Quelques informations par diaporama2

 

Dieu nous Bénisse !

Le Missionnaire

Frère VRY MOISE